Nous contacter
 

Armement le l'Intra-Muros

La ville de Saint-Malo était en 1697 armée en plusieurs endroits stratégiques qui étaient d'une part le château et les batteries du corps de ville, ainsi que sur un ponton.

L'armement du château était, en 1697, de un canon de 16 livres, 4 canons de 12 livres, 2 de 8 livres, 2 de 5 livres, 1 de 3 livres, 6 de 6 livres et 11 de 1 livre. L'ensemble était dirigé par 8 officiers sous les ordres desquels servaient 140 soldats. Les batteries du corps de ville étaient armées de 2 canons de 48 livres, 6 canons de 36 livres, 11 canons de 18 livres, 2 canons de 16 livres, 7 canons de 12 livres, 2 canons de 10 livres, 4 canons de 8 livres, et 11 canons de 6 livres. Ces batteries étaient contrôlées par 15 canonniers de mer. Ces batteries étaient installées sur la Hollande, la batterie du Rempart, la Tour Bidouane, place Saint-François, le bastion de l'Eperon et le fort Colifichet.

Le bastion de l'Eperon en forte maçonnerie triangulaire était armé de 11 canons et battait d'un côté la passe du Naye et de l'autre l'accès à la Grand' Porte. Ce bastion n'existe plus et se situait au croisement des rues d'Asfeld et de Toulouse. Il fut détruit et remplacé en 1714 par l'actuel bastion Saint-Louis. Le fort Colifichet était en réalité le fort de la Croix des Ardrillés et il n'existe plus. Il se trouvait en face le N° 17 de la rue de Toulouse avant la destruction de 1944

Le ponton était armé de 6 canons de 24 livres servit par 2 officiers. Dans le port on dénombrait 9 chaloupes doubles appartenant au roi et dont les noms suivent : La Surprise armée d'un canon de 4 livres, La Bombarde armée d'un canon de 8 livres, La Superbe armée d'un canon de 6 livres, La Brûlante armée d'un canon de 6 livres, L'Ardente armée d'un canon de 6 livres, La Fulminante armée d'un canon de 6 livres, La Terrible armé d'un canon de 6 livres, Le Conestable et La Gaie ainsi que 3 brûlots appartenant à la ville de Saint-Malo. Cette flotte était placée sous le commandement de deux capitaines du roi et c'est M. de Longchamps qui commandait les brûlots armés par la ville.

Durant la seconde guerre mondiale, la défense de l’Intra-muros était répartie principalement en deux points ; Le château qui était garni de trois canons de 20 mm en cuve gérés par 25 hommes placés sous le commandement du sous-lieutenant Franz Küster et le bastion de la Hollande, géré par environ le même nombre d’hommes, commandé par le sergent Greal et armé de trois canons de 37 mm en cuve. Sous le chemin de ronde de ce bastion, à proximité de la porte Saint-Pierre, il fut coulé une casemate pouvant accueillir un canon de 50 mm afin de couvrir la plage du Prieuré à Dinard.

Sur le Bastion Saint-Philippe, au dessus du Môle des Noires, se trouvait la D.C.A. équipée d’un canon de 37 mm couvrant l’avant-port avec un autre tobrouk installé entre la cale de la Bourse et celle de Dinan et à l’extérieur de la porte des Champs-Vauverts, face à l’îlot du Grand Bé, se trouvait un autre tobrouk équipé d’une tourelle de char.

Il y a actuellement 9 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)