Nous contacter
 

Fort du Petit Bé (Bey)

Le fort du Petit Bé fut construit, sur l'ancien mont d'Olivet, sous la direction de Siméon Garengeau de 1689 à 1693 en remplacement d'un fortin datant de 1667 élevée à l’emplacement d'une ancienne chapelle. Il est situé derrière le Grand Bé à environ 700 mètres de Saint-Malo.

Sa face Est se compose d'une courtine accostée de deux bastions que surmonte un parapet à meurtrières. La courtine supporte un logis percé de deux rangées de meurtrières et d'une porte à joints ouverts surmontée d'un fronton triangulaire. Le logis présente sur sa face Ouest des fenêtres plus larges ouvrant sur la place d'armes et à son angle Sud-Ouest un petit pavillon carré. Le corps de logis comprend une dizaine de pièces sur trois étages dont le premier en sous-sol est voûté, des magasins, une poudrière, une citerne d'eau douce et une batterie circulaire. La place d'armes à environ 360 m2 de superficie.

Le fort est entièrement construit en pierres appareillées et présente un fruit prononcé et est entouré vers le sommet d'une grosse moulure torique avec des gargouilles.

L'îlot du Petit Bé fut déclaré domaine de l'état par la sentence du 29 décembre 1682.

L'armement du Petit Bé était, en 1697, composé de 2 mortiers, 4 canons de 48 livres, 6 canons de 36 livres et 5 canons de 24 livres. Son commandement était assuré par 2 officiers qui dirigeaient un bombardier, 4 canonniers de mer, 125 canonniers de milice, 15 matelots et 30 soldats. Le roi prenait à sa charge l'entretien de un bombardiers et 4 canonniers.

L'organisation de la défense du fort du Petit Bé était, au 1er janvier 1758, assurée par un capitaine de navire, 2 lieutenants, 100 canonniers , matelots et manoeuvres, 2 canonniers entretenus par la marine. Son armement comportait 4 canons de 48 livres et 6 canons de 36 livres.

Dans son rapport daté de l’an 2 de la République, le citoyen Le Blanc constate que l'armement du fort du Petit Bé comprend 3 canons de 48 livres et 3 de 36 livres en fer, montés sur affûts de côte, et 2 mortiers de 8 pouces sur leurs affûts. Les 3 canons de 36 livres croisent leurs feux avec les batteries de Dinard et Saint-Lunaire ; 2 canons de 48 livres croisent les feux avec l'île Harbour, 1 canon de 48 livres et 2 canons de 36 livres croisent le feu avec la Conchée. Las canons et les affûts sont en parfait état mais presque tous les boulets sont, ainsi que dans les autres forts, remplis de soufflures et de gravelures, ce qui endommage gravement l'âme des pièces d'artillerie.

Le fort est sous la responsabilité d'un sous-officier d'artillerie, relevé au besoin, de 8 hommes d'artillerie détachés dans ce fort et de 5 hommes d'infanterie qui y sont en garnison. Un gardien à demeure est chargé des ustensiles d'artillerie. Le citoyen Le Blanc estime qu'il faudrait dans ce fort 2 officiers, 3 sous-officiers et 46 canonniers pour le service des pièces d'artillerie.

En décembre 1999, la ville de Saint-Malo, propriétaire du fort, accorde à M. Alain Etienne Marcel, un passionné, qui entreprend la rénovation de la battisse, un bail emphytéotique de 40 années. Un an plus tard est construit, à l'extérieur, un grand escalier en bois permettant l'accès au fort puis, après, est entrepris la rénovation du logis qui comprend la réfection totale et la pose d'un plancher à l'étage. Les matériaux sont soit récupérés sur place pour ce qui est des pierres de taille ou amenés par bateaux et hissés dans le fort de mains d'hommes. Pour acheminer une pierre de taille en haut du fort la technique utilisée est par flottaison. Ce qui implique que chaque pierre soit, à marée basse, solidement attachée à des fûts vides, soigneusement amarrés au rocher, de manière à faire flotter l'ensemble et ainsi le récupérer au plus haut de la marée. On accède au Petit Bé lors de la marée basse de vive-eau et est, lors de la saison estivale, ouvert à la visite.

Il y a actuellement 5 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)