Aujourd'hui :
Fête du jour : Cécile
Guerre (1939-1945) - Ils sont nés, ont vécus, sont morts où inhumés à Saint-Malo
carphaz.com  
Isidore Théophile Leroux
Nom : Leroux
Prénom : Isidore Théophile
Date de Naissance : 27-09-1896
Lieu de naissance : Jersey
Département / Pays de naissance : Jersey
Matricule : Grade :
Unité : Forces Françaises de l'Intérieur -F.F.I.
Affectation :
Mort pour la France : OUI
Date de décès : 02-12-1943 - âge : 47 ans et 2 mois
Lieu de décès : Mont-Valérien 
Département ou Pays de décès : 92 - Haut-de-Seine
Incarcération : Fresnes
Motif d'incarcération : Espionnage
Camp : -
Matricule déporté :
Cause du décès : Fusillé
Statut : Militaire - Terre (Résistant)
Infos Ministère :
Réf du dossier :
Isidore Théophile Leroux, résidait à Paramé et est le père d'Alain Leroux (voir ce nom). Ce vétéran de la première Guerre Mondiale s'engagea, dès qu'il eut ses dix huit ans, volontairement dans celle-ci en septembre 1914 et durant laquelle il fut blessé en 1916. Puis, il revint à Saint-Malo et travailla dans la société de charbonnage Châtel et Dollfus pour laquelle il devint Chef des Services Techniques. Puis il fut élu Conseiller Municipal de Paramé.

Quelques mois après la défaite de 1940 il fonda, en septembre, un groupe de Résistance pour la périphérie Malouine avec lequel il éditait et diffusait, avec son fils Alain, des tracts anti-allemand tout en participant à des actions de renseignement pour la Grande-Bretagne.

Cette initiative suscita des vocations puisque le groupe comptabilisait 12 membres lorsqu'il adhéra, en 1941, au Mouvement de Front National dans lequel il devint le chef du secteur Nord de l'Ille-et-Vilaine. Alors, il organisa des sabotages sur les voies et dépôts de la S.N.C.F. ainsi que sur les équipements portuaires sur lesquels il transmettait des renseignements.

Il était le chef de la Défense Passive (D.P.) pour le quartier du Marais Gambetta et recruteur des premiers F.F.I. de Paramé où, le Général de Torquat était chef de la D.P. pour le secteur du bourg.

Il tint cette activité jusqu'au jour fatidique du 6 juillet 1943, jour où, la Gestapo organisa une vaste opération de démantèlement menant aux arrestations d'Isidore Leroux et de son fils Alain, à Paramé, Réné Boltz, Marcel Cotteret et Léon Humbert à Saint-Malo, mettant ainsi à genou le réseau Jade-Fitzroy. Ils furent immédiatement incarcérés à Saint-Malo et le lendemain transférés à la prison Jacques Cartier de Rennes où il furent interrogés et torturés jusqu'au mois d'octobre puis conduit à la prison de Fresnes dans la banlieue parisienne.

Ensuite, Isidore Leroux fut jugé à Paris, par un tribunal allemand qui le condamna à mort et le fit fusiller dans la forteresse du Mont Valérien le 2 décembre 1943 avec d’autres malouins du réseau Jade-Fitzroy : René Boltz, Marcel Bosquet, Léon Humbert, Arthur Lambert, Max Leban et Marcel Cotteret.

Isidore Théophile Leroux reçu, à titre posthume, la médaille de la Résistance par le décret du 20 avril 1946.

Sont nom est inscrit sur l'ensemble commémoratif situé derrière la stèle implantée dans l'Enclos de la Résistance à Saint-Malo (Intra-muros).

Son nom est également inscrit sur le Monument aux Morts de Paramé.

Le Conseil Municipal de Saint-Malo décida, le 14 octobre 1979, de donner les noms d'Isidore et Jean Leroux à une rue du quartier de Rocabey à Saint-Malo.

Il y a actuellement 64 visiteurs connectés sur carphaz.com
| Site optimisé Tablettes - Smartphones | Navigateur : ? | | Nous contacter | © 2017