Aujourd'hui :
Fête du jour : Aude
Guerre (1939-1945) - Ils sont nés, ont vécus, sont morts où inhumés à Saint-Malo
carphaz.com  
René Nobilet
Nom : Nobilet
Prénom : René
Date de Naissance : 16-05-1910
Lieu de naissance : Paramé
Département / Pays de naissance : 35 - Îlle-et-Vilaine
Matricule : Grade :
Unité : Francs-tireurs et Partisans Français -F.T.P.F.
Affectation :
Mort pour la France : OUI
Date de décès : 30-12-1942 - âge : 32 ans et 7 mois
Lieu de décès : Quartier de La Maltière - Saint-Jacques-de-la-Lande 
Département ou Pays de décès : 35 - Îlle-et-Vilaine
Incarcération : Prison Jacques Cartier de Rennes
Motif d'incarcération : Crimes de Francs-tireurs
Camp : -
Matricule déporté :
Cause du décès : Fusillé
Statut : Civil (Résistant)
René Nobilet est né à Paramé, le 16 mai 1910. Son père, Alcide Nobilet, fut marin dans la Marine Marchande et travailla ensuite au déchargement des navires sur le port de Saint-Malo. René Nobilet fut en partie élevé par sa sœur aînée Marie car ayant, très jeune, perdu sa mère. Aussi, dès que celui-ci fut âgé de 15 ans il s’engagea, comme son père, dans la Marine Marchande où il fut mousse sur un navire de commerce.

Après avoir été démobilisé, il rejoignit sa sœur Marie et son beau-frère à Paris. Il vécu ici une période de précarité durant laquelle il tint divers emplois puis, il fut embauché, toujours à Paris, comme serrurier dans la Société Nationale des Chemins de Fer Français (S.N.C.F.) puis parvint à se faire muter, dès le 27 mars 1939 au dépôt de Rennes, ville où il résida avec son épouse au 9 rue Jules Simon.

En août 1939 il fut re-mobilisé et rejoignit alors Brest d'où il embarqua sur un remorqueur et ensuite sur un dragueur de mines qui malheureusement sauta. La chance fut, ce jour-là, avec René Nobilet qui sortit indemne de cette catastrophe. Ensuite, il fut, à nouveau, démobilisé et débarqua à Brest.

D'ici, il revint à Rennes où résidait son épouse puis, retourna travailler au dépôt de la S.N.C.F. de cette ville, où, il y reprit son métier de serrurier.

Puis vint rapidement l'occupation allemande et l'organisation de la Résistance à Paramé, Saint-Malo et Rennes dans laquelle René Nobilet entra dès sa création. Là, il participa aux activités des groupes de l’Organisation Spéciale (O.S.) et ensuite ceux des F.T.P. pour lesquels il distribua tracts et journaux clandestins. Il a fait partie, avec René Hirel, du groupe qui déroba des explosifs à Saint-Pierre-de-Plesguen le 18 juillet 1942.

Il fut arrêté puis, incarcéré dans la prison Jacques Cartier de Rennes et ensuite, durant le mois de décembre suivant, condamné à mort par le Tribunal Militaire Allemand de cette ville.

Il fut fusillé sur la butte du stand de tir de la Maltière à Saint-Jacques-de-la-Lande le mercredi 30 décembre 1942 et inhumé dans un premier temps au cimetière du bourg de Saint-Jacques-de-la-Lande. Ensuite, eurent lieu des obsèques officielles organisées le 28 janvier 1945 à Rennes.

Une rue des 25 fusillés du 30 décembre 1942 honore la mémoire de ces Résistants à Saint-Jacques-de-la-Lande (35 - Ille-et-Vilaine).

Le nom de René Nobilet figure sur la liste des 79 noms mentionnée sur la Stèle Commémorative située sur la Butte des Fusillés de la Maltière. Une inscription sur cette stèle mentionne : Souvenez-vous des Patriotes fusillés ici, de 1941 à 1944 pour que vive la France.

Son nom figure aussi sur le Mémorial nommé Panthéon de l'Hôtel de Ville de Rennes près le secrétariat. Il est également mentionné sur le Monument de la Résistance situé dans le cimetière de l'Est à Rennes. Il est aussi écrit sur la Plaque Commémorative de la S.N.C.F. située au Rez de Chaussée du hall nord de la gare de Rennes.

Le nom de René Nobilet est aussi précisé parmi les 112 noms indiqués sur le Monument commémoratif de la Résistance dont les plaques sont situées sur un muret érigé derrière le monument aux morts implanté dans l'enclos de la Résistance à Saint-Malo (Intra-muros).

Il y a actuellement 5 visiteurs connectés sur carphaz.com
| Site optimisé Tablettes - Smartphones | Navigateur : ? | | Nous contacter | © 2017