Aujourd'hui :
Fête du jour : Clément
Guerre (1939-1945) - Ils sont nés, ont vécus, sont morts où inhumés à Saint-Malo
carphaz.com  
Joseph Louis Pécro (Caporal-chef)
Nom : Pécro
Prénom : Joseph Louis
Date de Naissance : 27-04-1918
Lieu de naissance : Arras
Département / Pays de naissance : 62 - Pas-de-Calais
Matricule : Grade : Caporal-chef
Unité : 1er Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique - 1er B.I.M.P.
Affectation :
Mort pour la France : OUI
Date de décès : 10-04-1945 - âge : 26 ans et 11 mois
Lieu de décès : Massif de l'Authion
Département ou Pays de décès : 06 - Alpes-Maritimes
Incarcération :
Motif d'incarcération :
Camp : -
Matricule déporté :
Cause du décès : Tué au combat
Statut : Militaire - Terre (Résistant)
Infos Ministère : Ministère de la Défense
Réf du dossier : AC-21P-123621
Joseph Louis Pécro est un enfant de l'Assistance Publique depuis qu'il eu atteint son onzième mois. Cet enfant né à Arras (62 - Pas-de-Calais) le 27 avril 1918 fut ensuite confié à la famille Legrand résidant à la Gouesnière (35 - Ille-et-Vilaine). Il fit ses études dans l'école communale puis devint ouvrier agricole jusqu'à ce qu'il fut appelé, en 1938, pour faire son Service Militaire. Dès 1939, il fut volontaire pour rejoindre la Syrie dans la région du Levant où, il débarqua le 24 août de cette année 1939 puis il fut envoyé sur l'île de Chypre, le 17 juin 1940, afin de rejoindre les troupes en garnison sur la côte Est près le port de Famagouste.

A Tripoli (Liban), dès l'annonce de l'Armistice, environ 150 hommes, surnommés "les Tripolitains" de la 3ème Compagnie du 24ème Régiment d'Infanterie Coloniale (24ème R.I.C.) commandés par le Capitaine Raphaël Folliot embarquèrent, de nuit dès le 27 juin 1940, discrètement avec des armes, munitions et bardas, sur cinq camions subtilisés à l'aide de faux ordres de mission et rallièrent Beyrouth puis Naqoura (côté secteur Palestinien, tenu par les Britanniques) afin de filer vers Ismaïlia (Égypte).

Pendant ce temps, le 13 juillet 1940, la majorité de la troupe du 3ème Bataillon du 24ème R.I.C., encore basé à Nicosie (Île de Chypre), refusa l'armistice et de rester fidèle au Maréchal Pétain. Ainsi, ce fut 350 hommes, surnommés "les Chypriotes" dont le soldat de 2ème classe Joseph Pécro, sous l'impulsion du capitaine Jean Lorotte de Banès, qui décidèrent de rejoindre les Forces Françaises Libres (F.F.L.). Quelques jours plus tard, la troupe embarqua sur le navire Faoudied à destination de Port Saïd puis rejoignit, par train, Ismaïlia (Égypte) où il arrivèrent en gare du camp de Moascar le 25 juillet 1940. Ici, ils furent accueillis par les hommes du Capitaine Folliot déjà présents dans ce pays.

Ce fut dans ces circonstances que ces soldats, Free French (Français Libres) pour les Britanniques, décidèrent de donner un nom à leur groupe en le nommant 1er Bataillon d'Infanterie de Marine (1er B.I.M.) dans lequel Joseph Pécro fut affecté à la 3ème Compagnie sous les ordres de l'Aumonier Dominicain Jacques Savey qui, plus tard, fut promu Capitaine avant de partir, avec ses hommes, en mars 1941 pour la campagne d'Érythrée contre les Italiens.

Le 1er B.I.M. fut officiellement reconnu à Ismaïlia le 25 août 1940 par les autorités Britanniques et le Baron de Benoît, Commissaire de la France Libre en Égypte. Alors, le 1er B.I.M. commença à être doté de matériel de combat. Ceci permit un entraînement des soldats aux conditions particulières de la guerre dans le désert où, la 3ème Compagnie resta stationnée plusieurs mois à El-Daba dans le Western Désert avant de recevoir un équipement de combat opérationnel. Car, si Joseph Pécro et ses camarades étaient motivés et s'étaient totalement adaptés au désert le matériel, lui, était totalement inadapté.

Puis, le 07 décembre 1940, le 1er B.I.M. fut inclus dans les forces alliées qui franchirent la frontière Libyenne et s'emparèrent de Sollum puis de Sidi-Barrani en faisant plusieurs milliers de prisonniers. Ce fut le début des rudes combats qui menèrent à Bardia qui tomba le 6 janvier 1941 et ensuite Tobrouk le 21 janvier suivant. Arriva ensuite le nouveau périple de Joseph Pécro et de la 3ème Compagnie du 1er B.I.M. Celle-ci était dotée de 250 hommes, qui, pour venir renforcer la Brigade Française libre d’Orient, effectuèrent la remontée du Nil en bateau à aube puis traversa le Soudan Anglo-Égyptien pour enfin parvenir en Érythrée où, le 27 mars 1941, Joseph Pécro prit part à la seconde attaque de l'Engiahat ainsi qu'aux combats pour la prise de Keren et après, à la prise de Massaouah, le 08 avril suivant, où la 3ème Compagnie fit près de 1150 prisonniers Italiens.

Après ces combats les compagnies du 1er B.I.M. se regroupèrent durant le mois de mai 1941, à Qastina (Palestine) où ils rejoignirent l'ensemble des troupes Françaises combattant en Afrique afin de soutenir les Britanniques dans leur marche vers Damas (Syrie) où, le reste du 24ème R.I.C. était toujours sous la dépendance du gouvernement de Vichy. Cette campagne qui débuta le 07 juin 1941, dans le cadre de l’opération "Exporter" lancée par les Britanniques, fut d'autant plus rude que les Français Libres, comme Joseph Pécro, se retrouvèrent, le 21 juin 1941 jour de la prise de Damas, face à leurs anciens camarades du 24ème Régiment d'Infanterie Coloniale restés fidèles à Pétain et, dont ils étaient issu. C'était une lutte Franco-Française, Gaullistes contre Vichystes. Le 14 juillet 1941 un armistice fut finalement signé à Saint-Jean-d’Acre entre les Britanniques et les autorités de la Syrie. 37 000 Vichystes furent fait prisonniers dont environ 6 000 décidèrent de se rallier à la France Libre. Le calvaire du 24ème R.I.C. dont était issu Joseph Pécro était terminé.

C'est après, que le 1er B.I.M. fut incorporé à la 1ère Brigade Française Libre du Général Koenig. Désormais le 1er B.I.M. fut composé de deux compagnies de reconnaissance et d'une compagnie antichars toujours sous les ordres de Jacques Savey. Ce fut à ce moment que Joseph Pécro fut affecté dans la Compagnie antichars en tant que Pointeur d'un canon de 75mm.

Il participa ensuite à la campagne de Libye quant vint le 27 mai 1942 l'offensive Italo-Allemande menée par Erwin Rommel qui fit de nombreuses victimes dont Jacques Savey le 9 juin 1942 jour ou, sur un autre théâtre d'opérations, la Corvette Mimosa fut coulée au large de Terre-Neuve, faisant ainsi 65 victimes dont 4 Malouins. Mais, revenons en Lybie et à la Bataille de Bir-Hakeim en juin 1942 durant laquelle Joseph Pécro, derrière son canon de 75mm antichars, détruisit plusieurs véhicules blindés dont 5 chars, une mitrailleuse lourde, une automitrailleuse, six voitures permettant ainsi de capturer 15 prisonniers. Pour ces faits il reçu, par les Britanniques, la Military Medal.

Ce fut après la bataille de Bir-Hakeim, que furent regroupés, le 1er juillet 1942, le Bataillon du Pacifique 1 (B.P. 1) et le 1er B.I.M., dont Joseph Pécro faisait toujours partie. Ces deux unités qui perdirent de nombreux hommes, formèrent ainsi, avec environ 700 soldats, le Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique (B.I.M.P.) commandé par Roger Bouillon. Avec le B.I.M.P. Joseph Pécro entama alors une nouvelle et longue série de combats qui débutèrent le 23 octobre 1942 pour stopper l'Afrika-korps à El-Alamein le 15 novembre suivant. Le 1er B.I.M. reprit la route le 21 novembre suivant, avec les Spahis Marocains pour rejoindre la 8ème Armée du Général Sir Bernard Montgomery qui poursuivait l'Afrika-Korps qui battait en retraite. La poursuite des troupes Germano-Italiennes par la 8ème Armée et le 1er B.I.M., se poursuivit jusqu'à la campagne de Tunisie où Joseph Pécro fut présent le 10 mai 1943, lors des attaques du massif du Zaghouan, le Djebel Garci, Takrouna qui mèneront au 13 mai 1943, jour de la capitulation des troupes Germano-Italiennes de Tunisie. Le 20 mai suivant, ce fut l'entrée des Gaullistes dans Tunis où les Vichystes jugèrent indésirable la présence des Français Libres sur le territoire Français. Alors, ces valeureux combattants dont Joseph Pécro furent envoyés, le 08 juin suivant, dans le désert de Tripolitaine, près de Zuara d'où, le 23 août 1943, la 1ère Division Française Libre (1ère D.F.L.) dans laquelle le B.I.M.P. était incorporé retourna en Tunisie dans la région Nabeul-Soliman où les troupes restèrent jusqu'au 20 avril 1944. A cette date le B.I.M.P. quitta la Tunisie et fit route vers Albanova, au nord de Naples (Italie).

Débuta alors la Campagne d'Italie pour Joseph Pécro qui dès le 10 mai 1944 participa à l'attaque générale contre la ligne "Gustav" afin de progresser en direction de Rome. Le 14 mai suivant le B.I.M.P. à fini par franchir le petit fleuve Garigliano et le 05 juin 1944, le B.I.M.P. hissa le drapeau à Croix de Lorraine sur le Palais Farnèse, siège de l'Ambassade de France à Rome et le 30 juin suivant, le B.I.M.P. fut cité à l'ordre de l'armée et son fanion reçu la croix de guerre.

Le 21 juin 1944, les unités de la D.F.L. dont le B.I.M.P. sont relevées du combat et regroupées dans le sud de l'Italie. Arrive le 13 août 1944 jour où le B.I.M.P., qui à perdu beaucoup d'hommes en Italie, dans lequel Joseph Pécro est toujours là, prêt pour de nouveaux combats, embarqua dans le port de Tarente à destination de la France, et précisément les côtes de la Provence, alors que tout le matériel fut embarqué depuis le port de Brindisi. Les premiers convois arrivèrent sur les plages de Cavalaire le 15 août 1944 vers 17 heures mais le B.I.M.P. ne mit les pieds sur le sol Français que tard dans la nuit.

Quatre jour plus tard, le 19 août suivant, le B.I.M.P. commandé par le capitaine Magendie se retrouva au contact des premières défenses Allemandes et le 20 août suivant il avait déjà réussi à prendre une colline non loin de la forteresse allemande du Golf-Hôtel de Hyères-les-Palmiers, après deux attaques qui avaient échouées. Puis le lendemain, 21 août 1944, Joseph Pécro participa avec son groupe de Fusilliers Voltigeurs du 1er B.I.M.P. à l'attaque puis la prise du Golf-Hôtel. Dans la soirée, sous les ordres du Sergent Maheux, six Voltigeurs, dont Joseph Pécro, grenades en mains et mitraillettes armées, franchirent des barbelés et traversèrent des champs de mines dont beaucoup avaient, heureusement, explosées lors des tirs d’artillerie qui précédèrent l'attaque. Cet assaut qui se déroula avec des combats au corps à corps sanglants et mortels permit aux Voltigeurs de bloquer la sortie d'un souterrain dans lequel étaient retranchés des Allemands.

Là, Joseph Pécro et ses compagnons excédés d'attendre dans le silence se mirent à hurler aux allemands de sortir. Leurs hurlements, très violents, provoquèrent une telle panique que quatre Allemands commencèrent à sortir prudemment et méfiants puis ce fut une trentaine qui suivit. Le lendemain la progression vers Toulon continua et le 22 août suivant, vers 20 heures 30, le B.I.M.P. arriva dans le village de La Garde que la Werhmacht avait déserté puis continua à avancer mais fut accrocher au lieu-dit la Mauranne qui fut rapidement nettoyé le 24 août suivant, en fin d'après-midi, au prix de violents corps à corps. Le B.I.M.P. participa ensuite au nettoyage des forts de l'Est de Toulon puis remonta la Vallée du Rhône avant de participer aux combats dans les contreforts des Vosges où durant tout le mois de novembre 1944 le bataillon fut de toutes les attaques afin d'ouvrir la route de la Basse Alsace. Le 04 décembre 1944 Joseph Pécro quitta avec le B.I.M.P. le front des Vosges pour la région de Bordeaux, où la 1ère D.F.L. se regroupa. Dès son arrivée à Bordeaux le B.I.M.P. fut obligé de revenir rapidement en Alsace afin de défendre Strasbourg car les Allemands menait une attaque dans les Ardennes Belges.

Alors, Gerd von Rundstedt fit attaquer ses troupes le 07 janvier 1945 par des températures polaires. Le B.I.M.P. qui tenait alors les deux petites communes voisines de Rossfeld et Herbsheim (Bas-Rhin) subit de violents assauts, mais ses hommes épuisés parvinrent néanmoins à conserver leurs positions jusqu'à ce qu'ils furent remplacés par le 1er Bataillon de Légion Étrangère. Mais, le repos n'était pas pour ces valeureux du B.I.M.P. tel Joseph Pécro qui du sable du désert passait à la neige des montagnes. En effet, ils se virent confier, jusqu'au 07 mars 1945, un secteur défensif pendant l'attaque contre la poche de Colmar à laquelle participèrent les autres unités de la 1ère D.F.L. avant de faire mouvement vers le front des Alpes afin de prendre position face au massif de l'Authion en passant par Nice où, le 09 avril 1945, le Général de Gaulle remit la Croix de la Libération au B.I.M.P. en épinglant la décoration sur le calot du Caporal Joseph Pécro qui depuis le 13 juillet 1940 combattait pour la France Libre soit 1549 jours ou quatre année et trois mois de lutte.

Dès le lendemain, 10 avril 1945, le B.I.M.P. attaqua de front du massif de l’Authion, qui borde la frontière Italienne, et qui était considéré comme le point le plus important du système de défense des Alpes Maritimes. Ce coup de force fit de nombreux morts dont Joseph Pécro qui fut mortellement blessé par des éclats de grenades. Ces combats durèrent quatre jours avant que les survivants du B.I.M.P. puissent arracher la victoire. Cet acte fut la dernière action du B.I.M.P. avant le 08 mai 1945 qui fut le jour de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie.

Le nom de Joseph Louis Pécro est inscrit sur les Plaques Commémoratives situées derrière la stèle de l'Enclos de la Résistance à Saint-Malo (Intra-muros).

Ce nom figure aussi sur le Monument aux Morts de la Gouesnière. Le Conseil Municipal de cette commune organisa, le dimanche 07 mai 1978, une cérémonie afin de rendre hommage à Joseph Pécro en présence de Mesdames Paulet et Françoise Legrand ses sœurs adoptives. En cette occasion, une place centrale portant le nom de ce Français Libre, fut baptisée et une stèle commémorative érigée sur celle-ci honorant ainsi la mémoire de ce Compagnon de la Libération. Aussi, le Conseil Municipal de la Gouesnière décida, le 14 janvier 2014, de déplacer cette stèle sur un autre secteur de la place du Caporal-chef Joseph Pécro, Compagnon de la Libération, 1918-1945.

Le nom de Joseph Louis Pécro est également inscrit parmi les 263 noms mentionnés sur le Mausolée de la 1ère Division Française Libre situé dans le cimetière de L'Escarène (06 - Alpes-Maritimes) où il fut initialement inhumé. Le 1er mars 1949, son corps fut transféré dans le cimetière de la Gouesnière dans le caveau de sa famille adoptive Sallan Legrand.

Joseph Louis Pécro fut fait Chevalier de la Légion d'honneur, Compagnon de la libération (Croix de la Libération), Croix de Guerre 39-45 (3 citations), Médaille Militaire, Military Medal (Grande-Bretagne), Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre.

Il y a actuellement 3 visiteurs connectés sur carphaz.com
| Site optimisé Tablettes - Smartphones | Navigateur : ? | | Nous contacter | © 2017