Aujourd'hui :
Fête du jour : Flora
Guerre (1939-1945) - Ils sont nés, ont vécus, sont morts où inhumés à Saint-Malo
carphaz.com  
Francis Rabet
Nom : Rabet
Prénom : Francis
Date de Naissance :
Lieu de naissance :
Département / Pays de naissance :
Matricule : Grade :
Unité : -
Affectation :
Date de décès :
Lieu de décès :  
Département ou Pays de décès :
Incarcération :
Motif d'incarcération :
Camp : -
Matricule déporté :
Cause du décès : Accident lors d'un déminage
Statut : Civil
Après le décès d'un démineur militaire tué le 6 septembre 1944 à Paramé, l'autorité militaire reconnaît avoir perdu l'un de ces deux spécialistes du département. Alors, l'Armée tenta de recruter du personnel afin de former des artificiers et créa pour cela des écoles.

Une salle de cours fut ainsi installée dans le Centre civique de Saint-Malo et à la fin du mois de novembre suivant, l'Armée était en mesure de reprendre les opérations de déminage. Mais, des entreprises furent également embauchées par le ministère de la guerre telle l'entreprise Cassigneul en septembre 1944 chargée de la dépollution du château de Saint-Malo avec un artificier et un ouvrier.

Aussi, le manque d'ardeur pour ce travail mal définit en terme de risque ne donna pas de résultats visibles. Seuls les accidents furent mis en exergue tel celui qui survint en ce début d'année 1945 avec l'explosion d'un camion, chargé de munitions, à Saint-Servan qui a fait six démineurs tués et un septième blessé. Puis, dès le 2 avril 1945 cinq équipes de deux démineurs furent mis en place à Paramé où les munitions récupérées furent entreposées dans le Fort de la Varde. Durant ce mois d'avril, deux démineurs, dont André Pouleyn, issus du Génie Rural, furent tués dans cette commune.

Alors, après des rumeurs d’embauche de volontaires pour ces travaux dangereux, la population s'insurgea contre cette idée et, le France obtint durant le mois de juin 1945 l'autorisation d'utiliser les prisonniers de guerre Allemands pour réaliser le déminage. C'est ainsi que dans le début de l'année 1946 des Prisonniers de Guerre furent envoyés déminer l'îlot le Grand Bé à Saint-Malo.

Aussi, pour l'Ille-et-Vilaine, l'effectif fut d'environ 130 démineurs civiles Français qui encadrèrent près de 960 prisonniers de guerre Allemands. Ceux-ci devaient, en principe, être volontaires pour le déminage, car la Convention de Genève stipulait qu'aucun prisonnier de guerre ne pouvait être employé à des travaux dangereux, sauf s'il était volontaire.

Il faut noter que le Dépôt n°115 de Saint-Servan comprenait au 9 décembre 1945 près de 2250 prisonniers et que l'équipe de déminage pour Saint-Malo et Paramé était de 20 prisonniers de guerre. La quasi totalité du déminage de l'Ille-et-Vilaine fut terminé en juin 1946.

Ce fut dans ces circonstances que Francis Rabet fut tué lors d'un déminage.

Le nom de Francis Rabet est inscrit sur le Monument aux Morts de Saint-Servan-sur-Mer.

Il y a actuellement 7 visiteurs connectés sur carphaz.com
| Site optimisé Tablettes - Smartphones | Navigateur : ? | | Nous contacter | © 2017