Nous contacter
 

Naufrage du steamer Hilda en baie de Saint-Malo dans la nuit du 18 au 19 novembre 1905

Le samedi 18 Novembre 1905, non loin de l’île de Cézembre et à l'ouest du phare du Grand Jardin au large de Saint-Malo, le capitaine William Gregory commandant du Steamer Ship Hilda, paquebot transmanche, appartenant à la compagnie London and South Western Railway, qui revenait de Grande-Bretagne, fut surpris par une forte tempête de neige et des rafales de vent vers 21 heures rendant ainsi la navigation extrêmement difficile avec une visibilité quasi nulle car le phare du Grand Jardin était invisible.

Il avait à son bord environ 134 personnes, hommes, femmes et enfants, dont 78 Johnnies ("petits-Jean" qui étaient des maraîchers bretons de la région de Roscoff faisant le commerce des oignons avec la Grande-Bretagne), 28 passagers de salon et 28 hommes d'équipage. Le navire, long de près de 72 mètres, construit en 1882 à Glasgow, qui effectuait depuis quinze ans la traversée de Southampton à Saint-Malo, s’est fracassé sur les rochers dits 'Les Courtis' inclus dans l’ensemble appelés Les 'Pierres des Portes' à la latitude de 48°40.49N et à la longitude de 2°05.72W.

Sur ce navire existaient 3 classes de voyageurs. Les deux premières voyageaient sur les ponts supérieurs où en cabines et étaient enregistrées mais les Johnnies qui faisaient le voyage dans le troisième pont n’étaient semble t-il pas enregistrés car n’ayant pas de papiers d’identité.

Des fusées de détresses furent envoyées mais, les chaloupes ne purent êtres mises à la mer car le navire était sur les roches et les vagues s’engouffraient rapidement dans le paquebot.

Seul le canot de tribord arrière put être mis à l’eau mais il fut brisé immédiatement contre la coque du Hilda. Alors, beaucoup de passagers périrent rapidement de froid et noyés dans la tourmente et les tourbillons de neige qui atténuaient considérablement les hurlements déchirants des naufragés.

Aussi, plusieurs cadavres emmenés par les courants s’échouèrent sur les plages de Saint-Lunaire et de Saint-Cast. Le lendemain matin dimanche 19 novembre 1905 le navire Ada, en escale à Saint-Malo et appartenant à la Compagnie des chemins de fer de Londres et du Sud-Ouest, vint porter secours aux seuls six rescapés transis de froid et à bout de force.

Ceux-là virent périrent leurs camarades et restèrent dans une nuit cauchemardesque près de douze heures accrochés pour cinq d’entre eux, Olivier Caroff de Roscoff, Tanguy Laot et Paul-Marie Penn de Cléder, Louis Rozec de Plouzévédé, et le chauffeur anglais James Grinter, dans les haubans du mât de misaine de l'épave de leur navire posé sur les rochers et pour le sixième Jean-Louis Mouster de La Feuillée réfugié sur un rocher proche.

Ces miraculés de la mer furent ramenés Saint-Malo en chaloupes par les sauveteurs. Ici, le môle des Noires et les remparts étaient bondés par la foule des malouins, stupéfaits et attristés avec les yeux rivés vers le large. Les corps inertes repêchés par d’autres sauveteurs furent ensuite emmenés dans l’ancienne église désaffectée de Saint-Cast.

L’identification des morts ne put se faire que par des proches des familles et amis qui devaient reconnaître les corps de visu car aucun registre des noms de passagers ne fut découvert lors des fouilles.

Le 21 novembre fut retrouvé le corps du capitaine William Gregory qui fut conduit à l’hôpital de Saint-Malo. Le 16 janvier 1906 entre Saint-Malo et Granville il fut encore retrouvé huit cadavres des 128 victimes dont un à Rochebonne celui de Mme Butler.

Parmi les canots de sauvetage se trouvait celui de la station de Saint-Servan. Son patron le marin Arthur Macé s’est vu décerné le 26 mai 1907, par La Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons, la médaille d’honneur pour ses services et sa sortie à l’occasion de la recherche des naufragés du Hilda.

Aujourd’hui, hormis le chauffeur du navire et les cinq Johnnies rescapés, 128 péris en mer sont identifiés dont 73 Johnnies, les 28 passagers de salon du Hilda et 27 membres d’équipage. Ces chiffres ne sont probablement pas exacts mais seulement approchant car il est fort possible que des corps soient restés dans le navire où aient dérivés pour se perdre en mer.

Du 16 au 20 novembre 2005 se déroula à Dinard la commémoration du centenaire de la tragédie du Hilda. En cette occasion un monument du souvenir représenté par l'hélice du Hilda fut inauguré. Le 20 novembre, en la Cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo, une messe fut célébrée en hommage aux victimes.

Le 17 février 2010 la sous-préfecture de Morlaix recevait la déclaration d’association LE HILDA LES VOIX DU HILDA, HILDA VOICES dont l’objet est de faire perdurer l’histoire du bateau Hilda, naufragé en mer aux abords de Saint Malo, dans la nuit du 18 au 19 novembre 1905, ainsi que l’histoire de ses passagers.

Du 24 novembre 2012 au 21 décembre suivant la frégate Etoile du Roy fit un voyage exceptionnel de promotion de l’oignon rosé de Bretagne sous la forme d’un hommage aux Johnnies naufragés du Hilda.

A Roscoff, il fut chargé sur la frégate environ quatre tonnes d'oignons roses avant que celle-ci ne reprenne la mer pour faire route vers Jersey puis Portsmouth et enfin la Tamise où la frégate resta, en escale durant 11 jours à St. Katharine Docks, au centre de Londres d’où, elle fit voiles vers son port d'attache de Saint-Malo pour les fêtes de Noël 2012.

Il y a actuellement 11 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)