Nous contacter
 

La Chapelle Saint-Aaron

La légende prétend que sur l'emplacement qu'occupe la petite chapelle, vécu et fut inhumé l'ermite Saint-Aaron. Il y aurait élevé un oratoire détruit ensuite par les Francs de Charlemagne en 811. En revanche, en 1431, au même endroit, le Cardinal Évêque, Guillaume de Monfort, fit construire une chapelle dédiée à Saint-Aaron.

Dès 1618, le chanoine Michel de Kernoual ou de Quesnoual offrit de reconstruire la chapelle qui était en partie écroulée. Les plans mis en oeuvre en 1619 permirent d'agrandir la chapelle qui fut consacrée le 24 janvier 1621.

De 1631 à 1764 les Jésuites de Rennes possédèrent la chapelle. En 1791 la chapelle et la petite maison attenante furent vendues nationalement à la citoyenne Boudin. M. Tillard de la Hurie racheta la chapelle en 1836 qui fut ensuite rachetée, réparée et rendue au culte par l' abbé Huchet en 1842.

En 1864 les Dames de Saint-Aaron rachetèrent la chapelle et la maison et les firent entièrement rénovées en 1888. En 1897, elles durent céder la chapelle et les deux maisons proches pour agrandir le collège. Ces travaux amputèrent si fortement la chapelle en 1900 qu'elle fut reconstruite en 1901.

Durant le VIe siècle, vers 507, l'ermite Aaron, Armoricain de naissance, s'établit sur un rocher, nommé Kalnach ou Calnachius, situé au centre d'une plaine marécageuse que formait l'embouchure de la Rance.

Cet îlot n'était relié à la terre que par une mince étendue de sable. Aaron y construisit une chapelle. Par la suite, des moines l'y rejoignirent ainsi que des bergers et des pêcheurs qui se sentaient plus en sécurité sur le rocher que sur la cité d'Alet sa proche voisine.

Aaron, décède semble t-il vers 580. Les reliques de l'ermite ont été transportées dans l'église-cathédrale du rocher d'Aaron qui par la suite, allait devenir celui de son compagnon Malo où, l'on y montrait son chef et son bras droit, richement enchâssés.

Aujourd'hui ces reliques ont disparues. Outre l'îlot, qui est devenu la ville de Saint-Malo, qui autrefois portais le nom de l'illustre ermite et où, à ce jour, une chapelle et une place y sont dédiées en son honneur, il y a, dans le diocèse de Saint-Brieuc, une paroisse qui porte le nom de Saint-Aaron.

De plus, la paroisse de Bruc en Ille-et-Vilaine honore elle aussi Saint-Aaron. Dans le recueil des offices de l'église de Saint-Malo, imprimé en 1615, il est stipulé, au 22 juin, que l'office de Saint-Aaron abbé et confesseur, se fait avec la solennité appelée double majeure.

Il y a actuellement 5 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)