Nous contacter  
  

Institution des Courses de Chevaux en France

Origine des courses de chevaux

Depuis l'antiquité, les courses de chevaux sont une passion et Homère (1) décrit dans l'Iliade (IXem siècle avant J.C.) une des premières course de chars tirés par deux chevaux.

Cette course, dotée de cinq prix que fit apporter Akhilleus est disputée en ligne droite avec retour par cinq compétiteurs.

Les prix :

Pour le premier, une femme irréprochable, habile aux travaux, et un trépied à anse, contenant vingt-deux mesures;

Pour le second, une jument de six ans, indomptée et pleine d'un mulet;

Pour le troisième, un vase tout neuf, beau, blanc, et contenant quatre mesures; Pour le quatrième, deux talents d'or; Pour le cinquième, une urne neuve à deux anses.

Les concurrents :

Le premier, le roi des hommes, Eumèlos, le fils bien-aimé d'Admètès, très habile à mener un char.

Le second, le brave Diomèdès Tydéide, conduisant sous le joug les chevaux de Trôos qu'il avait enlevés autrefois à Ainéias, quand celui-ci fut sauvé par Apollôn.

Le troisième, le blond Ménélaos Atréide, aimé de Zeus. Il conduisait sous le joug deux chevaux rapides : Aithè, jument d'Agamemnon, et Podargos, qui lui appartenait.

Le quatrième, Antilokhos, l'illustre fils du magnanime roi Nestôr Nèlèiade, conduisant deux beaux chevaux Pyliens.

Le cinquième, Mèrionès conduisait deux chevaux aux beaux crins.

(1) Homère était un poète Grec légendaire, né au IXem siècle av J.C. à Izmir (en Turquie).

Histoire contemporaine

Les courses de chevaux telles que nous les connaissons aujourd'hui sont nées en 1603 sous le règne de Jacques 1er et leur premier règlement remonte à Charles II en 1660.

Ensuite, il faut attendre la fondation du Jockey Club en 1751, à Newmarket, pour qu’une véritable structure se mette en place. En France, les gazettes parisiennes annoncent que le 20 avril 1776 sera, dans la plaine des Sablons (aujourd'hui Neuilly), le jour du départ de la première course publique.

Puis, dans le parc royal de Vincennes, le 2 avril 1781, se dispute la première course réglementée; le Prix du Roi.

La Révolution et les guerres de l'Empire interrompent l'essor des courses françaises et ce n'est qu'en 1833, grâce à la création de la Société d'Encouragement pour l'amélioration des races de chevaux en France, que les courses vont se développer.

Les Hippodromes Français

En France, les courses de chevaux sont organisées par des associations à but non lucratif (loi du 1er juillet 1901) dénommées Sociétés de Courses qui sont placées sous la tutelle du Ministère de l'Agriculture.

Elles gèrent 252 hippodromes répartis dans plusieurs Fédérations Régionales elles-mêmes regroupées au sein de la Fédération Nationale des Courses Françaises.

La région Parisienne représente la plus forte densité de réunions de courses qui sont organisées sur sept hippodromes (Auteuil pour l'obstacle, Enghien pour le Trot et l'obstacle, Chantilly, Longchamp, Maisons-Laffitte, Saint-Cloud pour le plat et Vincennes pour le trot).

La Corse gère quatre hippodromes (Ajaccio, Bastia-Biguglia, Prunelli di fium'orbo et Zonza).

Cheval Français

Société mère des courses de trot créée le 21 octobre 1864, la Société du Cheval Français a pour mission première d'œuvrer au développement des courses au trot en France et à la protection du trotteur français dans sa spécificité.

Depuis près de 150 ans, elle poursuit son œuvre en axant sa politique dans la préservation de l'éthique des pionniers et en conservant aux courses leur aspect sportif.

France Galop

Société organisatrice des courses parisiennes de plat et d'obstacle, a été créée le 3 mai 1995 par la fusion de la Société d'Encouragement pour l’amélioration des races de chevaux en France, de la société des Steeple-chases de France, de la Société de Sport de France et de la Société Sportive d'Encouragement.

Société mère des courses de galop, sa vocation réside dans l'encouragement pour l'amélioration des races de chevaux de galop en France.

P.M.U (Pari-Mutuel Urbain)

Premier opérateur européen, troisième opérateur mondial de pari mutuel. Il est au service de la filière française du cheval, dont il assure l'essentiel du financement. Le principe du Pari-Mutuel implique que les enjeux engagés par les parieurs sur un type de pari donné soient répartis entre les parieurs gagnants de ce même type de pari, après déduction des prélèvements fixés par la réglementation en vigueur.

Il y a actuellement 5 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)