Nous contacter
 

Légendes, Mythes ou Réalité à Saint-Malo

La guenon mone dénommée Rébecca mais surnommée la Moune

A l’angle des actuelles rue des Merciers et Place de la Poissonnerie se situait une maison dite de la Mone (1) ou du Singe ou encore de la Moune. (Aujourd’hui un magasin de vêtements pour hommes occupe le rez-de-chaussée et une petite statuette de guenon (2) est placée, au dessus de celui-ci, dans l’encoignure du mur de l’immeuble).

L’histoire débute lorsqu’un Capitaine de navire rapporta de l’un de ses voyages une guenon apprivoisée, dont on dit quelle s’appelait Rébecca, et qui circulait, en toute liberté, dans la maison de son maître, dans la rue et sur les gouttières.

Depuis l’appartement de ce Capitaine, on voyait parfaitement la maison voisine, dont les mansardes étaient habitées par une famille Thomas. Ainsi, chaque jour, la guenon voyait la mère Thomas s’occuper de son fils Toussaint agé de quelques mois, le dorloter et le sortir de son berceau pour le prendre fréquemment dans ses bras.

Un matin de l’année 1774, la mère Thomas laissa son fils seul dans son berceau mais la fenêtre de l’appartement resta ouverte.

La guenon en profita pour pénétrer dans l’appartement puis, saisit le jeune garçon, comme elle le voyait si souvent faire par sa mère, et pouponna à sa manière.

Au retour de la mère Thomas, celle-ci fit du bruit, dans sa maison, et alerta ainsi la guenon qui alla se réfugier, avec l’enfant dans ses bras, sur la gouttière aspectée à l’angle des actuelles rue des Merciers et Place de la Poissonnerie.

La mère Thomas poussa des cris en constatant la disparition de son fils Toussaint et descendit, affolée, dans la rue en appelant au secours. Levant les yeux au ciel, elle aperçut la guenon assise sur la gouttière qui, en tenant son enfant, tentait de lui donner à manger ce quelle trouvait comme détritus.

Une panique générale se fit dans le quartier et personne n’osait allez poursuivre la guenon de peur d’un accident lorsqu’une voisine, d’en face, eût l’idée de prendre son enfant dans ses bras de manière à ce que la guenon la vît faire puis, elle le reposa dans son lit.

La guenon intriguée s’empressa d’en faire de même et alla reposer immédiatement le petit Toussaint dans son berceau.

La mère Thomas se remit de ses émotions et le petit Toussaint put continuer sa vie puisqu’en 1832 on le voyait comme aide-pilote à Saint-Servan.

(1) La mone est l’espèce la plus commune des guenons à longue queue.

(2) L'originale de cette statuette est conservée au Musée de Saint-Malo.

Il y a actuellement 5 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)