Nous contacter
 

Le Pont Roulant entre Saint-Malo et Saint-Servan (1873-1923)

Le 10 février 1873, à Versailles, le Président de la République Française, Adolphe Thiers, signait le décret autorisant la construction d'un Pont Mobile ou Pont Roulant devant relier la cale de la Bourse à Saint-Malo au Naye à Saint-Servan.

La concession était accordée à l'Architecte Servannais Alexandre Leroyer, à ses risques et périls, pour une durée de soixante années à compter du 10 février 1874, les travaux ne devant pas se poursuivrent au-delà de cette date.

La mise en service eut lieu bien avant puisque le 26 octobre 1873, à 13 heures, les premiers passagers empruntaient ce spectaculaire et unique engin d'acier qui devait fonctionner aussi bien à marée haute que basse et ceci en respectant les règles de la navigation portuaire qui restait prioritaire sur le transports des passagers. Le service est journalier et s'échelonne de 7 heures à 20 heures 30.

Les tarifs de passage, pour les personnes, sont de un "sou" pour les places en balcon extérieur et le double pour celles réservées à l'intérieure de la cabine vitrée qui permet se s'abriter par mauvais temps. Le passage des militaires est, conformément au décret, assuré gratuitement.

Le samedi 7 novembre 1873, à onze heures, débuta la cérémonie de la bénédiction du Pont Roulant par le curé de Saint-Servan.

Ainsi, les principales autorités dont le Sous Préfet, le Maire de Saint-Malo ainsi que d'autres invités se sont retrouvées sur la plate-forme du Pont Roulant et furent transportées au milieu de la passe, où la bénédiction fut donnée, sous les regards des nombreux spectateurs massés sur les deux rives.

Le Pont Roulant dont la machinerie était logée dans des magasins en bois sur le quai côté Servannais, était un engin de construction métallique treuillé par des chaînes motrices mues par une machine à vapeur de 10 chevaux.

Son fonctionnement consistait à faire rouler, d'une rive à l'autre de la passe, un chariot à quatre roues de 1 mètre de diamètre, sur une voie ferrée, constituée par des "rails Vignoles" de 38 kg le mètre courant et dont l'écartement est de 4,60 mètres, construite à proximité du passage emprunté par les piétons, à marée basse.

Le Pont Roulant était composé d'une plate-forme de 7 mètres sur 6, entourée d'une rambarde, qui est soutenue par une armature métallique construite avec des poutrelles verticales de 10 centimètres de diamètre, espacées de 4 mètres et fixées sur le chariot, qui sont entretoisées et triangulées suivant 6 plans verticaux dont deux diagonaux et suivant un plan horizontal au milieu de la hauteur.

Le chariot était équipé, à l'avant et à l'arrière, de chasses pierres afin de nettoyer les rails, au fur et à mesure du treuillage, de façon à éliminer le sable et le goémon qui pouvaient gêner le fonctionnement. Le poids total du Pont Roulant était d'environ 14 tonnes et il était nécessaire lors de son arrivée sur l'une ou l'autre rive de prévoir son arrêt par un petit pont d'accès mobile faisant tampon afin d'amortir le choc.

L'ordre de treuillage du Pont Roulant était commandé depuis sa plate-forme, par le conducteur qui, par le son d'une trompe, prévenait le mécanicien qui se trouvait côté Saint-Servan, lequel attendait ensuite un second son de trompe pour arrêter la machinerie.

En 1886, lors du décès d'Alexandre Leroyer, le Pont Roulant fut géré au nom de ses héritiers par M. Reuzé. Début février 1889, à la suite de la tempête des 2-3 et 4 qui occasionna l'échouage du Vauquelin, lequel a endommagé les rails du Pont Roulant celui-ci déraillera. En 1898, la concession est vendue à Camille Tréguault de Saint-Servan qui la cédera à Mr Auroy en 1899 qui lui-même la vendra à Olivier Durand de Paramé en 1901.

Le 1er août 1909 la machinerie du Pont Roulant est endommagé par un incendie, ce qui entraînera en 1911 son électrification. Le 8 novembre 1922, un navire Norvégien, le Brawn, viendra, par vent fort, s'abattre sur ses flancs lui occasionnant de gros degas.

A la suite de ce grave accident ainsi que de la perspective de sa suppression entraînée par les futurs travaux du port, Olivier Durand obtient le retrait de l'exploitation du Pont Roulant le 20 février 1923 en lui incombant la charge du démontage et de l'enlèvement de cette ingénieuse et unique construction de 15 mètres de haut.

Par ailleurs, ce Pont Roulant fut percuté à plusieurs reprises notamment par les navires Burgundia, Speedwell et Bancarth.

Alexandre Leroyer (1827-1886) fut l'Architecte qui conduisit les travaux pour la construction de la flèche sur la Cathédrale Saint-Vincent à Saint-Malo en 1859 et ceux du Grand Hôtel de Paramé, en 1883, situé à l'emplacement ou se trouvaient trois moulins sur le sillon.

Charles Vignoles (1793-1875) ingénieur anglais qui introduisit un type de rail en Europe vers 1836 et qui improprement porta son nom.

Il y a actuellement 3 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)