Nous contacter  
   

Tourisme

Le développement touristique à Port-Lyautey de 1912 à 1952

Après quarante années d'efforts jusqu'en 1952 Port-Lyautey est devenu une oasis de verdure et de fleurs où s'étale la blancheur des maisons. Là, où en 1912 aucune apparence de vie humaine n'y avait jusqu' alors été constatée.

Pas une construction, pas un douar, pas même des passages de nomades sous la tente, tant les paysages étaient infestés de moustiques, tant le sol spongieux s'opposait aux pieds des hommes, aux pattes des troupeaux, une ville coquette est née admirée de tous.

En ce lieu déshérité, qui peu à peu devenait un gîte d'étape pour les troupes en mouvement et alors que les déplacements s'effectuaient, au Maroc, aux début du protectorat, à dos d'animaux ou par véhicules à traction chevaline, le gîte d'étape allait durant la guerre de 1914-1918, s'enrichir de l'hôtel Continental.

Après lui et toujours à la même époque, ce fut le Grand Hôtel puis au fur et à mesure que Kénitra se développait, que la voie de 60 poussait son rail, que la route s'ouvrait à la locomotion automobile, ce furent l'Hôtel du Midi, le Touring Hôtel construit en 1920 et l'Hôtel d'Europe construit en 1928.

Dès lors, la ville lancée dans un essor s'accentuant d'année en année, le mouvement des voyageurs s'accroissant avec le développement économique du pays, l'industrie hôtelière répondit aux besoins nouveaux. Tant pour le grand tourisme que pour le moyen et le tourisme familial.

Avec en 1952, ses quelques 260 chambres Port-Lyautey pu s'enorgueillir d'hôtels nouveaux tels l'Hôtel de la Mamora, avec sa piscine et son cabaret dancing, l'Hôtel Régina avec ses chambres amplifiées de cuisinettes, l'Hôtel de la Rotonde et L'Hôtel des Princes qui furent des modèles du genre.

Ainsi, assurés du gîte et du couvert, assurés également des moyens de transport les plus variés, automobile, chemin de fer, avion particulier les touristes n'avaient que le choix pour agrémenter leurs séjours et profiter des agréables plages de Mehdia, lors des vacances estivales au bord de l'océan Atlantique.

Aussi, c’est l’importante société des transports Clément qui organise les voyages des touristes et les pèlerinages dans les lieux saints. Le transport des voyageurs est, alors, effectué dans des cars modernes.

Un hippodrome est également créé sur lequel se rend un nombreux public afin d’assister à des courses de chevaux de pur sang arabe qui rivalisent sur une piste en herbe. Une tribune permet d’admirer le spectacle qui si déroule dans un vaste espace de verdure.

Il y a actuellement 7 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)