Nous contacter
 

Fort de l'île Harbour (Isle-Erbou)

Le fort est construit sur l'ancienne île Saint-Antoine située à environ 3 Km * (1,62 mile marin) au Nord-ouest de Saint-Malo et face à Dinard au milieu des passes du Décollé et des Portes. La légende prétend que l'île d'Harbour aurait été le port primitif d'Alet avant le raz de marée de 709 et que saint Aaron y aurait accueillit l'ermite Mac Low (saint Malo) en la Chapelle Saint-Antoine.

En 1689 Siméon Garengeau y fit construire, sur les plans de Vauban, un fort qui comprenait une batterie basse, une batterie haute en fer à cheval, un hangar, un corps de garde pour l'officier, un autre pour les soldats, un magasin à poudre et une chapelle. Une porte bastionnée protégeait son entrée. Il a remplacé la vieille redoute qui était en ruine.

En 1697, son armement était composé de 2 canons de 36 livres, 6 canons de 24 livres et 4 canons de 18 livres. Il était dirigé par 2 officiers sous les ordres desquels servaient 4 canonniers de mer, 100 canonniers de milice et 30 soldats. Le roi y entretenait 4 canonniers.

L'organisation de la défense du fort de l'île Harbour était, au 1er janvier 1758, assurée par 1 capitaine de navire, 2 lieutenants, 100 canonniers, matelots et manoeuvres, 3 canonniers entretenus par la marine. Son armement était de 2 canons de 36 livres, 8 canons de 24 livres et 8 canons de 18 livres.

Le rapport du citoyen Le Blanc daté de l'an 2 de la République détail l'armement du fort de l'île Harbour qui comprend 1 canon de 36 livres, 6 canons de 24 livres et 1 canon de 18 livres, tous en fer, montés sur des affûts de côte et 2 mortiers de 8 pouces également sur leurs affûts. Un canon de 24 livres bat l’anse de Saint-Enogat et une partie de la passe du Décollé, 1 mortier de 8 pouces bat l'anse de Saint-Lunaire et l'entrée de la passe du Décollé, 2 canons de 24 livres battent les passes des Portes et l'anse de Cézembre, 1 mortier de 8 pouces bat les 3 passes précédentes ainsi que la chenal de l'entrée de la rade, et croise ses feux avec ceux du Petit Bé et la Conchée. Ce fort est munit d'un four à rougir les boulets et tous les ustensiles à son usage.

Le fort est, à cette époque de l’an 2 de la république, sous la responsabilité d'un commandant temporaire qui dirige une garnison de 16 canonniers volontaires et 23 hommes d'infanterie qui sont, chaque jour, exercés à la manœuvre du canon par un instructeur du 8e régiment d'artillerie. Un gardien à demeure est chargé des munitions d'artillerie. Le citoyen Le Blanc estime qu'en cas de besoin le fort devrait avoir une garnison de 2 officiers, 3 sous-officiers et 46 canonniers indépendamment des 100 hommes d'infanterie pour la défense du fort. Afin d'entretenir le matériel le citoyen Le Blanc préconise que l'on tir au moins 3 coups de mitraille avec chaque pièce d'artillerie.

Le fort de l'île Harbour fut, en 1899, armé de canons à tir rapide. D'un côté, il bat la passe du décollé; de l'autre, il croise ses feux avec ceux de Cézembre sur la passe des Portes.

Le poids d'un canon de 36 livres était de 3,250 Kg environ, celui d'un canon de 24 livres était de 2,500 Kg environ et celui d'un canon de 12 livres était de 1,450 Kg environ.

Un tir, à 100 mètres d'une cible, d'un boulet de 36 livres pénétrait de 1,30 mètre dans un massif de chêne et de 90 cm pour un tir à 600 mètres.

Le Fort est inscrit au Patrimoine par un arrêté du 27 septembre 1934. Ensuite, il fut classé Monument Historique par arrêté du 4 juin 1952 et appartient, aujourd'hui, à une société privée. Il est parfois accessible à marée basse, lors des très fortes marées, depuis la plage de Dinard et a, un temps, semble t-il, appartenu à l'acteur Alain Delon.

Il y a actuellement 3 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)