Nous contacter
 

Les Personnalités de Saint-Malo

René Duguay-Trouin

René Trouin, sieur du Gué communément appelé Du Guay-Trouin, Lieutenant Général des armées navales de France et commandeur de l'ordre Militaire de Saint-Louis.

René Trouin naquit à Saint-Malo le 10 Juin 1673, quatrième enfant de Luc Trouin, sieur de la Barbinais et de Marguerite Boscher. Il fut ondoyé le jour de sa naissance et baptisé le 13 Août suivant. Peu après, il fut mis en nourrice au village du Gué près de la Barbinais.

Dès le 16 décembre 1689 René Trouin, s’embarqua comme volontaire à bord de la frégate Trinité. Puis, l’année suivante, il réembarque sur la frégate Grenédan armée par sa famille et participe activement aux abordages, en tuant d’un coup de sabre, le capitaine du vaisseau Europe après la prise du navire Francis-Samuel puis du vaisseau Sept Étoiles. Le 1er septembre 1691 le capitaine Pierre Legoux sieur de la Fontaine ramenait victorieusement à Saint-Malo la frégate Grenédan accompagnée de ses trois prises. Là, le capitaine Legoux fit l’éloge du jeune Trouin et de sa bravoure, si bien que sa famille lui confia, peu après ses dix huit ans et demi, la frégate Danycan portant quatorze canons.

Durant ses séjours à Saint-Malo René Trouin faisait la fête. Le jeu, l'exercice et le beau sexe l’occupaient tour à tour.

Le 6 Juin 1692 le roi lui confia l' "Hermine" avec lequel il prit à l'entrée de la Manche cinq navires ennemis.

Le 12 Avril 1694 au commandement de la "Diligente" Duguay-Trouin fut serré contre la côte anglaise par six vaisseaux britanniques de l’escadre bleue de l' Amiral David Mitchel. La "Diligente" délabrée et ayant perdue la plupart de ses hommes, dut amener les couleurs. Le capitaine anglais, conscient de la bravoure du Malouin le fit conduire à Plymouth. Là l’amirauté anglaise ayant apprit que Trouin avait arboré le pavillon anglais puis tiré sur son vaisseau Prince d’Orange, le fit immédiatement emprisonner.

Le 19 Juin 1694, Duguay-Trouin s'évadait d' Angleterre, de façon rocambolesque, en s' embarquant sur une chaloupe qu' il avait fait acheter à un capitaine Suédois ami dont le navire était ancré non loin de Plymouth. Il était accompagné du Lieutenant Nicolas Thomas, du chirurgien Lhermite, de Pierre Legendre et de son maître d’équipage. Il aborda la Bretagne près de Tréguier, puis regagna Saint-Malo.

En 1697 la paix de Ryswick suspendit la course et Duguay-Trouin passait, dans Saint-Malo, son temps à faire la cour au beau sexe. Il eut un duel avec un gentilhomme nommé Charles Cognetz qui l’avait "friponné" au jeu de cartes. Il comparurent tous les deux devant M de Vauborel, commandant la place, qui leur interdit, au nom du roi, toutes voies de faits.

En 1702, dès la reprise des hostilités de la guerre de succession d’Espagne il commanda entre autres la "Bellone" et la " Railleuse". Devenu officier de la Marine Royale Duguay-Trouin allait se battre sur toutes les mers, de Tripoli aux Açores, du Brésil jusqu' au Spitzberg.

Le 21 septembre 1711, Duguay-Trouin, réussit un exploit retentissant en se rendant maître de la ville de Rio de Janeiro dont les fortifications étaient considérées imprenables. En effet, la baie était battue par les feux croisés du fort de Sainte-Croix, et ceux du fort de Saint-Jean ainsi que de la Plage Vermeille. De plus, une roche pointe au milieu de la passe obligeant les navires à serrer les forts à portée de mousquets. La bataille durera 11 jours.

En 1736, le corsaire, se sentant faiblir, écrivit à Fleury afin que celui-ci veuille bien recommander sa famille aux bontés de Louis XIV. Il reçut une réponse où on lui promit qu’en cas de rappel à Dieu, sa famille ne serait pas abandonnée. Quelques temps plus tard, il décéda à l’âge de soixante trois ans.

Statue de Duguay-Trouin. Conservée dans le Musée de Saint-Malo.

Statue de Duguay-Trouin placée sur les remparts de Saint-Malo au Bastion Saint-Louis.

Armes : d’argent, à une ancre de sable ; au chef d’azur, chargé de deux fleurs de lys d’or.

Devise : Dedit hæc insignia virtus.

Bassin Duguay-Trouin

Il y a actuellement 6 visiteurs connectés sur carphaz.com
Page visitée avec : CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)